Défi de la Rhune 2017

Je ne sais pas vraiment ce qui m’attire le plus vers cette montagne. Elle n’est pas spécialement haute, son accès est aisé, il y a très souvent beaucoup de monde en haut et le sommet accueille un grand nombre d’antennes-relais.
Et malgré tout, j’adore la gravir. Il y a une énergie qui vous pousse à donner le meilleur de vous-même. La vue sur l’océan et la montagne est incroyable et quand il s’y déroule une course, l’ambiance est folle. C’est pour cela que ma saison de trail commence par « Le Défi de la Rhune« . Une jolie grimpette de 860 mD+ pour 4,2 km.Et comme tout les trails auxquels je participe sur la Rhune, tout commence par une nuit au camping Chourio sur la commune d’Ascain, village départ de la course du lendemain. Le matin de la course, nous retrouvons mon pote François du « Couserans Libre » qui est venu accompagné d’amis participants eux aussi à la course. Après un petit dèj partagé sur le parking, direction le centre pour retirer nos dossards et connaître nos heures de départ.

C’est une course type « kilomètre vertical », c’est-à-dire que les départs se font toutes les 30 secondes. Aujourd’hui, le premier départ est donné à 15h. Les amis de François partent à 15h15, 15h15 et 30 secondes. Pour François, départ à 15h14 et moi 30 secondes derrière lui. Il dit avoir la pression de me savoir derrière lui. Moi je sais d’avance qu’il va faire un énorme chrono et que je ne le verrais que de loin…

C’est bon, 15h14 : François décolle. Il me reste 30 secondes à attendre sur la ligne de départ. C’est long, je n’attends qu’une seule chose : que ce chronomètre me libère. Et « Clac ! », c’est parti, à mon tour d’avoir le droit de jouer. Et comme à mon habitude, je pars trop vite, 18km/h sur les premiers 100m. Mais la très raide partie bitumée qui suit remet le cerveau à l’endroit et les idées claires. Je marche…

Défi de la Rhune 2017

Il y a du monde en haut de la route. Ils m’encouragent. Allez, un grand coup sur les cuisses et ça repart ! Je quitte maintenant la route ombragée pour une piste caillouteuse en plein cagnard. Je commence à doubler des concurrents partis plus tôt et vois au loin François qui a fait sauter le t-shirt. J’en ai très envie aussi avec cette chaleur, mais je suis roux et dépourvu de crème solaire, donc non… J’aperçois enfin la fin de la piste, le chemin monte maintenant à l’abri du soleil dans un  joli bois.

C’est super agréable, je me dis que c’est maintenant qu’il faut attaquer. Maintenant qu’on est à l’ombre, maintenant qu’il y a de plus en plus de monde pour nous encourager, enfin bref c’est maintenant !  En plus, c’est génial les jambes répondent, alors je pousse la machine encore et encore. Et ce qu’il y a de magique dans les courses basques, c’est que plus tu forces, plus ton visage se crispe, plus tu en chies et plus on t’encourage. Alors bon, rajoutez à cela Laeth qui m’envoie de doux mots d’amour pour me dire qu’il faut que je me bouge les fesses, et vous obtenez un Alex qui court dans du 40% la bave aux lèvres. Mais qu’est ce que c’est bon !

Défi de la Rhune 2017

Dernière centaine de mètres, il n’y a plus vraiment de chemin. « Droit dans l’pentu » comme on dit. Les jambes poussent et les mains agrippent tout ce qu’il y a à portée pour tirer. Je sais que c’est bientôt la fin, je donne tout, vraiment tout, passe la ligne et m’écroule.

Voilà, c’est terminé, 40 minutes et 01 secondes pour rallier le sommet. Et c’est avec plaisir que je retrouve tout le monde en haut. Comme je l’avais dit, François frappe fort en finissant premier Espoir en 38 minutes et 54 secondes deux petites secondes devant son ami Thomas Estaque qui nous aura prouvé qu’il peut monter aussi vite qu’il sait descendre en vélo de descente.

Encore une fois, c’était vraiment cool de courir sur les pentes de la Rhune. Merci aux organisateurs et aux bénévoles qui m’ont fait passer un super moment sur leur terrain de jeu. Et à Seb Bastien et Georges Soubelet pour les photos.

Résultats

  • Distance : 4,2 km
  • Dénivelé : 860 m
  • Temps : 40 minutes et 01 seconde
  • Classement : 16e au scratch, 12e Senior Homme

Un commentaire

  1. On imagine tes sensations dans ce texte, tu les fais revivre en l’écrivant.
    Tu as vraiment fait un bon résultat et tu peux être fier de toi.
    Pas de fringale cette fois.
    Biz et à quand le prochain challenge ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *