Voter pour ses idées…

par Laetitia

(Voter utile, c’est) un piège qui dévoie la politique de ce qu’elle devrait être : choisir le moins pire sur la base de sondages, dont on sait à quel point ils peuvent se tromper, ce n’est pas choisir, mais admettre que son vote personnel n’a pas d’importance […]. Il faut voter pour ses idées, c’est la seule façon de redonner à la politique ses titres de gloire — et sa réelle importance.

— Laurence, lectrice de Reporterre

Voter pour un programme, avec lucidité, en sachant que tout ne sera pas appliqué.
Voter pour la bienveillance, la vie, le pluralisme, la beauté, et non pas contre des chimères dont il est si facile d’avoir peur.
Voter en ayant foi en l’avenir.
Voter dimanche n’est qu’un début, nous pouvons à tout moment nous impliquer dans la politique locale, là où nos idées ont un vrai pouvoir.

Cursa Bassiero 2017 !

par Alex

Et voilà, après deux petites courses de ski de randonnée en nocturne sur la station de Guzet-neige et des Monts d’Olmes, le virus a pris et me voilà entraîné dans la spirale d’un sport dont je ne connaissais pas grand chose il y a encore quelques mois. Bien que ces deux courses aient été une jolie mise en bouche pour moi, il me fallait essayer une vraie course de ski d’alpinisme et par chance, l’ami d’un ami est venu me demander si je voulais participer avec lui à cette fameuse « Cursa Bassiero » en Catalogne. Et comme toute histoire impliquant le « Couserans Libre« , cela commence par une tente, du vent froid, au choix de la pluie ou de la neige – voire les deux – et un gros plat de pâtes.

Lire la suite

Le Trône de bois

par Laetitia

Le royaume des trois villages est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde l’accès au jardin, une armée de palettes se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs d’Alex, de Lætitia, de Nova et de Kobole qui se disputent le Trône de bois. Tous les coups sont permis, et seuls les plus avant-gardistes, ou les plus économes s’en sortiront indemnes…

Cette chanson d’eau et de copeaux de bois a pris forme dans mon esprit il y a déjà quelques années de cela. À l’époque, encore et toujours locataire, je n’avais pas bien le choix : si je voulais utiliser le petit coin, c’était dans une vasque en porcelaine, point. Entre temps, ma conscience écologique s’est grandement étoffée et différentes rencontres/lectures m’ont ouvert le champs des alternatives : le diktat de la chasse d’eau allait bientôt pouvoir cesser.

Lire la suite

Après n°1

par Laetitia

Il fait froid et le soleil est timide.

J’écris plus vite que je ne pense. Cet ersatz d’écriture automatique déverrouille mes quelques blocages quant à « l’Après« .
Je me lance :

Lyon, dans un futur proche.

On1 ne travaillerai pas
On irait dans les monts du Lyonnais
On mangerait des sandwichs en ayant un peu froid aux mains, mais ce n’est pas très grave
On verrait Lyon de loin et on se dirait « Je n’ai pas trop envie d’y retourner« 
Et puis finalement on se rappellerai que c’est une belle ville avec tous ses défauts quand même
On rentrerait vers 18h et on irait au pub boire des canons et des jus de fruit
On écrirait des textes enflammés, dont des lettres de démission et des préavis des locations
Et finalement on partirai en stop au petit matin vers l’Ariège !

Lire la suite