compost · remaniement · planification

Du 18 au 31 janvier 2016. La nature se trompe de saison et nous offre déjà des bourgeons, voire même de belles floraisons. En parallèle, je commence à déplacer certaines plantes en prévision de la future place de mes semis : il n’y a pas qu’à l’Élysée qu’on remanie…

Création d’un second compost

Notre compost est désormais bien rempli, il est donc nécessaire d’en créer un second pour laisser le premier arriver à maturation. Nous avons placé le nouveau dans la cour, au plus proche de la maison, orienté Nord / Est, contre un mur en pierre.

Deux palettes et une vis plus tard, il est déjà prêt à accueillir nos déchets périssables…

Nouveaux emplacements

Certaines plantes avaient été plantées rapidement après notre emménagement, sans connaître encore notre terrain et son orientation. Après un an, il s’avère que certaines n’étaient pas à leur place, je les ai donc déplacées vers des zones plus propices à leur croissance :

Le cassissier avait été planté près du muret Ouest, avec une belle exposition au soleil, et un mur qui retenait bien la chaleur. Ce n’était donc pas l’idéal pour cet arbuste de mi-ombre. Je cherchais depuis plusieurs mois comment cacher l’horrible citerne de gaz de notre jardin : le cassissier sera le premier élément de cette nouvelle zone.

Les iris ont peu à peu disparu derrière la végétation du muret Ouest, ce qui est un peu dommage pour des plantes « d’apparat ». Elles côtoient désormais notre grand rosier dans la cour.

Un petit sapin, rescapé des Monts du Lyonnais et également un peu trop exposé contre le muret Ouest, s’est trouvé une place dans la fraîcheur de la cour.

Et finalement, les deux pieds de rhubarbe, bien implantés dans la butte, ont été séparés pour la zone citerne et la cour. Deux endroits beaucoup plus ombragés, mais étant donné leur vigueur, je ne me fais pas trop de soucis pour elles.

Quelques floraisons en avance…

La nature est bien synchrone. Tandis que de nombreux insectes reprennent du service, les oiseaux piaillent et déjà, des fleurs éclosent le long des chemins : ficaire fausse renoncule, lamier pourpre, pissenlit, pâquerette…

Anticipations

Quelques tâches annexes effectuées pour préparer l’arrivée des premiers semis de février :

  • Collecte de terre de taupinières pour les futurs semis,
  • Zonage du jardin et planification des semis.

À ce sujet, l’un des défauts du jardin 2015 a été, de mon point de vue, un manque de densité dans les cultures, ainsi qu’un démarrage des semis en intérieur/pépinière plutôt tardif.

Cette année, j’anticipe : toutes les variétés sont déjà regroupées et classées par zone, je me suis créé un tableau mensuel des semis pour y voir plus clair et travailler sans consulter l’ordinateur.

JanvierFévrierMars
SerreEn placeSerreEn placeSerreEn place
   Lin
Oignon
Aubergine
Basilic
Lupin
Œillet de Poète
Poireau
Physalis
Tomate
Diplotaxis
Épinard
Laitue
Moutarde
Pois chiche
AvrilMaiJuin
SerreEn placeSerreEn placeSerreEn place
Aubergine
Courge
Melon
Poivron
Potiron
Tournesol
Basilic
Blette
Bleuet
Bourrache
Chicorée
Cosmos
Œillet d’Inde
Phacélie
Pois de senteur
Radis
Souci
Concombre
Rose trémière
Betterave
Capucine
Carotte
Diplotaxis
Haricot vert
Maïs
Panais
Pavot
Shungiku à feuilles découpées
 Laitue
Navet
Radis
Haricot blanc
JuilletAoûtSeptembre
SerreEn placeSerreEn placeSerreEn place
 Diplotaxis
Radis de Chine
 Laitue
Radis
 Diplotaxis
Épinard
Trèfle
OctobreNovembreDécembre
SerreEn placeSerreEn placeSerreEn place
 Fève
Pois
    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.