Trail

Trail N.U.I.T. 2015

Alex, mon pote des Landes, m’a parlé du trail nocturne la N.U.I.T. qui se déroule dans le pays basque. Il n’a encore jamais fais de trail et je trouve audacieux de commencer par une course nocturne de 16 km. Je décide donc de prendre le départ avec lui.

Le départ est donné au col d’Ibardin, col frontière avec l’Espagne, pour nous amener faire le tour du lac d’Ibardin. Il est maintenant 20h30 et nous partons, nous partons même très vite. La première petite côte est facile et je profite de la très longue descente qui suit pour rattraper les premiers, tandis qu’Alex restera sur une allure plus modérée. Au quatrième kilomètre, un jalonneur m’annonce que suis premier mais je suis persuadé du contraire et continue à accélérer dès que c’est possible. La deuxième bosse m’amène au sommet du Xoldoko Gaina. La vue sur Hendaye d’un côté et la Rhune de l’autre est incroyable. Ça me motive, d’autant plus qu’aucune Petzl ne brille devant moi. Je commence à croire que je suis réellement en tête de course.

Je descends vers Martingoita à toute allure, c’est vraiment mon point fort cette nuit et j’en profite. Un coureur se rapproche de moi dans les montées. C’est dans celle qui me mène au mont du Calvaire qu’il me double, me laissant littéralement sur place – il monte avec une facilitée déconcertante. Mais dès la descente suivante, je comprends son point faible : c’est à mon tour de lui passer devant ! Sur ce chemin assez étroit, des pottoks courent devant moi et m’ouvrent le chemin. Ce trail est de plus en plus magique.

Je continue à jouer au chat et à la souris avec mon concurrent espagnol, je le dépasse dans les descentes, tandis qu’il reprend la tête dans les côtes. Mais ce jeu a une fin : l’arrivée se fait après le sommet de Batzarleku, donc en descente…

Je franchis la ligne d’arrivée en première position. Alex et moi rentrerons fatigués à la maison mais avec un gros jambon basque !

Résultats

  • Distance : 16 km
  • Dénivelé : 865 m
  • Temps : 1’28’66
  • Classement : 1er au scratch.

2 commentaires

  1. Bel exploit,fiston.
    Finalement, c’est aussi très motivant d’avoir un concurrent de son niveau et te connaissant, je me doute bien que tu n’allais pas le laisser gagner.
    J’ai l’impression de suivre ta course en te lisant car tu y mets du rythme et de l’humour.
    Ton sourire sur le podium en dit long.
    Quand va-t-on déguster ton jambon de pays? Laetitia devait être fière de son homme.
    Gros bisous à vous 2.
    A quelle place ton collègue Alex a-t-il terminé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Balises HTML autorisées : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>