Trail

Kilomètre vertical de Aulus les Bains 2015

Cela faisait longtemps que je voulais m’essayer sur un kilomètre vertical (KmV), c’est désormais chose faite depuis le 12 juillet 2015, lors des championnats nationaux de KmV qui se déroulaient à Aulus les Bains.

Aulus les Bains est une station thermale des Pyrénées ariégeoises, mais c’est aussi une station de trail. À l’image d’une station de ski, il existe plusieurs parcours de course à pied balisés, classés par difficulté (vert, bleu, rouge et noir) – nous emprunterons d’ailleurs l’un d’eux avec Laeth pour une récupération très active en rando-course l’après-midi.

Un KmV est une course bien particulière avec un dénivelé positif de 1 000 mètres sur une distance relativement courte (5,2 kilomètres ce jour-là). C’est donc une pratique du trail plus proche du « sprint » que de l’endurance. Ce n’est pas réellement ma spécialité – si tant est que j’en ai une – mais le temps qu’il me faut pour avaler 1 000 mètres de dénivelé positif me servira de référence pour estimer mon temps sur de plus longues courses.

Il est 8h du matin quand nous arrivons à la station. La course se déroule comme un « contre la montre » : tous les concurrents partent les uns après les autres, espacés de 30 secondes. J’ai adoré ce type de départ car il y a toujours une personne à doubler devant nous, c’est très motivant.

Ensuite, place aux échauffements en attendant mon coup de sifflet. Il ne s’agirait pas de partir à froid sur une course qui nécessite toutes les capacités musculaires et pulmonaires dès le départ. Je fais deux trois étirements actifs, quelques accélérations progressives et beaucoup de petits sauts pour réveiller les mollets.

Cette fois c’est bon, je suis prêt, les pulsations augmentent et clap c’est parti ! Le terminus de cette balade est maintenant un kilomètre au-dessus de ma tête.

Tout le parcours se fait dans le brouillard, dans une ambiance très « montagneuse ».

J’aime la montagne quand elle est nuageuse, sombre, quand on sent une sorte d’hostilité. Quand elle nous fait savoir que nous sommes juste ses invités, et qu’il ne faudrait pas outrepasser cette relation. C’est un sentiment très personnel, mais c’est celui qui me fait faire demi-tour lorsque le temps en altitude devient menaçant.

Le parcours se divise en trois tronçons : le premier tiers est raide et en sous-bois ; le deuxième moins raide, toujours en sous-bois ; et le dernier tiers est très raide sur une piste de ski. Tout se déroule bien sur les deux premiers tiers : je m’amuse entre les cailloux, l’esprit concentré sur la pause des pieds et le souffle (d’ailleurs on peut le voir sur la première photo). Mais ça se complique sévèrement sur le final : la trace est majoritairement dans l’herbe, ça monte dur et les cuisses commencent à chauffer. Dorénavant, tout se joue au mental.
Les nuages m’empêchent de voir l’arrivée, mais en entendant les voix dans le micro, c’est le moment de donner tout se qu’il me reste. Une personne sur le côté m’indique qu’il y a encore 200 mètres à parcourir, 200 longs mètres où la tête explique aux jambes fatiguées qu’après cet ultime petit effort, c’est le repos assuré !
Et c’est au bout de 51 minutes et 35 secondes que je franchis cette ligne d’arrivée.

Quelques photos prises sur le vif par l’équipe des photographes de l’évènement, Afum Team :

Toutes les photos du trail à retrouver ici et .

Pour résumer cette course, je citerais Orelsan :

Je suis parti frais comme un gardon, je suis rentré fumé comme un saumon.

Résultats

  • Distance : 5,2km
  • Dénivelé : 1 000m
  • Temps : 51’35
  • Classement : 44ème au scratch, 16ème Senior Homme.

3 commentaires

  1. Un grand merci pour le résumé de cette course qui me semble vraiment difficile et qui s’apparente en effet à un sprint avec de grosses difficultés dès le départ.
    Les photos parlent d’elles même quant à ta concentration et ta détermination.
    Refaire 14kms l’après-midi même en mode détente m’épate beaucoup.
    Lætitia doit être fière de son homme.
    Tu as toute notre admiration.
    Kelian était tout content de voir les photos et je ne te dis pas le nombre de questions qui ont suivi ah ah
    Gros bisous à vous 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Balises HTML autorisées : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>