Sur le chemin… du zéro-déchet

par Laetitia

En permaculture, côté jardin, un déchet est tout simplement une ressource encore inexploitée. Ce principe me guide depuis maintenant 4 ans – déjà !, c’est sûrement pour cette raison que lorsque l’on m’a offert le livre Zéro Déchet de Béa Johnson (encore merci Thomas 🙂 ), ses conseils m’ont tout de suite paru évidents.

Car si la préservation de la nature est très souvent ma première motivation dans toutes les évolutions de notre quotidien, j’apprécie aussi énormément d’optimiser les systèmes qui nous entourent, en tendant vers la simplification, le minimalisme, voire un brin de fainéantisme : autant conserver notre énergie et notre temps pour des activités génératrices de bien-vivre, non ?
Passer à la déchetterie tous les six mois et vider les poubelles toutes les semaines n’étant définitivement pas notre passe-temps préféré, diminuer voire supprimer certains de nos déchets est vite devenu naturel.

Toutefois, nous considérons que nous sommes « sur le chemin de » : nous n’appliquons pas à la lettre les préceptes du livre, nous pouvons encore aller plus loin et nous avons déjà mis en œuvre d’autres solutions qui nous semblaient pertinentes à notre échelle et dans notre quotidien. En voici quelques exemples.

Lire la suite

Construire une vraie relation avec notre environnement…

par Laetitia

Quand tu te balades sur la plage avec un sac, tu comprends que la majorité des déchets vient de la terre, arrive dans la mer par les fleuves et les rivières, et est en partie ramenée sur la plage par la mer.

Tu ne peux pas chercher les coupables, tu es obligé de te dire que la solution, c’est de produire moins de déchets, tu comprends que c’est la société de consommation le problème.

On ramasse six tonnes de déchets par an. C’est pas ça qui va sauver le monde. Par contre, ça nous permet de construire une vraie relation avec notre environnement, on l’observe, on le défend un peu, on développe une vraie sensibilité, c’est très fort et très beau.

— Thomas Hemberger, « ramasseur de l’ombre », interviewé par Rue89