La Cabane au fond des Bois / Quotidien

Emménager à deux dans un petit espace

Avril 2018. Quitter une maison de 80m² pour vivre dans une cabane de 18m², avec uniquement un accès pédestre et des contraintes électriques, demande un peu de planification et une bonne dose d’imagination.
Voici quelques pistes que nous avons explorées pour anticiper au mieux notre changement de vie (peu de photos, la période était chargée…).

Garder l’essentiel

Faire du tri (et refaire du tri). De part la réduction drastique de la taille de notre maison, mais aussi le trajet à pied à prévoir pour acheminer toutes nos affaires (un kilomètre), un très gros tri est nécessaire – je dirai même plus – bénéfique. C’est peut-être la première chose à faire, et je n’hésite pas à être intransigeante dans mes choix : adios les objets au-cas-où, héritage-mais-non, cadeaux-qui-n’ont-jamais-servi et autres joyeusetés qui n’ont jamais vu la lumière du jour depuis le dernier déménagement.

Garder les matériaux les plus nobles (et si possible les plus légers). Dans le cas d’une sélection parmi plusieurs objets identiques, je préfère conserver la version la plus durable et la plus écologique (dans son cycle complet de vie) : bye-bye plastique, aluminium, fibres synthétiques et autres matériaux pas très sympas pour nous et la planète.

Tout ce que nous ne conservons pas est donné aux amis ou aux associations caritatives.

S’imprégner de notre futur lieu de vie

Vivre sur place de temps en temps. Pour anticiper de la manière la plus réaliste possible notre futur emménagement, nous essayons de passer du temps à la cabane, de jour comme de nuit. Cela nous permet de nous rendre compte des améliorations les plus importantes pour l’agrandissement de la cabane, mais aussi de prendre des cotes sur place, d’éprouver notre corps en transportant du matériel à pied, et surtout…

Faire des plans. C’est de mon point de vue la variable d’ajustement du tri de nos affaires, car en fonction de nos usages et de la place accordée aux objets dont nous aurons réellement besoin, cela impacte l’aménagement de la cabane et la planification du chantier. 100% sur-mesure !

Un exemple de dessin in-situ et de plan de la future cabane, pour nous aider dans nos choix de sélection des objets et meubles à déménager.
Un exemple de dessin in-situ et de plan de la future cabane, pour nous aider dans nos choix de sélection des objets et meubles à déménager.

Tester avant de déménager

La grande idée, c’est surtout de tester au maximum les changements d’usages avant le déménagement pour nous aider à mieux sélectionner les meubles et les affaires qui seront déménagées. Car pour économiser un peu sur l’aménagement, nous allons si possible réutiliser au maximum ce que nous avons, à condition que cela convienne à nos attentes. Pas question de déménager quelque chose qui ne sera pas utile !

Tester les rangements et les meubles. En 2013, nous avions conçu un buffet en bois massif pour meubler notre petit appartement à Oullins. Il a ensuite été déménagé à Balagué, mais là, la cuisine étant déjà meublée, il a servi pendant trois ans au stockage dans le grenier. Toutefois, il va de nouveau nous être fort utile : depuis un mois, il est placé dans notre cuisine, nous y rangeons notre vaisselle, nos épices et nos ustensiles de cuisine. À priori, tout rentre, chaque chose a trouvé sa place et son usage au quotidien est agréable. C’est donc un meuble que nous allons conserver et déménager (même s’il est bien lourd…).

Notre vieux-futur meuble de cuisine en action pendant les deux derniers mois de notre location.
Notre vieux-futur meuble de cuisine en action pendant les deux derniers mois de notre location.

Anticiper les nouveaux usages. Bientôt, nous n’aurons plus de four. J’essaie donc de trouver des alternatives à cette méthode de cuisson, même si un jour, nous fabriquerons probablement un four extérieur en terre. Parmi les alternatives intéressantes que je dois encore tester, j’ai retenu la marmite norvégienne.
Il s’agit tout simplement d' »un procédé de fin de cuisson des aliments consistant à les placer dans un récipient lui-même contenu dans un réceptacle isolant : après avoir été chauffés de façon traditionnelle — mais moins longtemps que le temps de cuisson habituel —, les aliments peuvent y finir de cuire de façon autonome, sans nouvelle dépense d’énergie » (source).
Cela me sera fort utile pour les yaourts, les plats mijotés, et même le pain !

Trier nos joujous électrique. Nous serons alimentés par un panneau solaire de 250 kW et raccordés à un convertisseur produisant maximum 800W. Nous avons donc étudié la consommation en watt de tout notre matériel électrique, et nous avons dû nous en séparer d’un certain nombre ! Comme entre autre la bouilloire électrique, l’aspirateur et la défonceuse. Ouf ! la platine vinyle consomme assez peu 😉

Commencer à prendre de bonnes habitudes

Apprendre à vivre « petit ». Nous délaissons progressivement certaines pièces de la maison pour nous habituer à vivre dans un espace plus petit mais polyvalent. Par exemple, je n’utilise plus la pièce qui me servait de bureau, Alex ne travaille plus dans les combles. Nous nous installons sur la table de la salle-à-manger en journée, et rangeons nos affaires avant de dresser le dîner.

Jusqu’à présent, nous vivions dans une grande maison, mais avec peu de terrain. La tendance s’inversant, nous pouvons réinvestir l’extérieur comme une vraie pièce 🙂 Pour des choses toutes bêtes, comme faire sécher le linge sur le fil.

Apprendre à vivre sans énergie illimitée. Donner un coup de balai par jour plutôt que d’utiliser l’aspirateur une fois par semaine.

Avoir toujours un repas d’avance. Cuisiner les quantités en double, cela permet d’avoir un repas prêt à l’avance pour les jours de chantier ou la gamelle du midi.

Ce qu’il faudrait aussi faire… diminuer le temps passé sous la douche – erm – mais ça, c’est une autre histoire 🙂


Au prochain épisode, nous vous emmènerons dans les coulisses de notre déménagement, qui fut, ma foi, bien épique !

2 commentaires

  1. Quel plaisir de lire la suite !
    C’est incroyable le nombre de similitudes avec la vie en bateau sans-four-ni-frigo-ni-douche.
    Pour l’énergie électrique, nous fonctionnons tout au 12V fourni par les panneaux solaires parce que le convertisseur consomme lui-même de la puissance et que finalement, la plupart des machines, ordis, engins à batterie rechargeable fonctionnent en réalité en 12V et doivent convertir le 220 en 12V. Nous avons trois prises allume-cigare et des chargeurs adaptés. juste un partage d’expérience. Vous avez peut-être envisagé ça.

    J’aime bien la sagesse que vous avez montrée en vous adaptant déjà dans la maison de Balagué.

    j’adore vivre dans un « tiny space », même avec les contraintes que ça impose. ça a beaucoup de sens. je ne revivrai pas dans une grande maison.
    bien amicalement
    isabelle

    1. Bonsoir Isabelle,

      Un des chantiers en cours est justement l’ajustement électrique de la cabane : nous allons notamment passer tout l’éclairage en 12V + 2 ports USB pour le chargement du petit matériel. Mais nous aurons aussi un circuit 220V pour quelques machines.
      Avez-vous des chargeurs « adaptés » aussi pour les ordinateurs portables ? Ça m’intéresse au cas où 🙂

      À mon sens, le plus grand changement bénéfique que je vois aujourd’hui avec ce petit espace, c’est le temps de ménage gagné… C’est absolument insoutenable avec une grande maison ! Et la douce chaleur du poêle qui inonde rapidement le volume 🙂

      Merci pour ton message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Balises HTML autorisées : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>